Manger local

Chez nous, on aime bien manger mais surtout cuisiner de bons petits plats.
Ardéchoise d’adoption, drômoise d’origine  (avec des ascendances niçoises et italiennes, v’là le mélange ), j’ai la chance de vivre entourée de petits producteurs, et beaucoup sont bio. Le problème c’est qu’avant de chercher, je ne le savais pas !

Vous connaissez certainement le principe des paniers de légumes hebdomadaires ou bien des amap. Non? Aller, je vous explique. Dans un cas comme dans l’autre,  il s’agit de consommer des produits de saison (fini les tomates en hiver ! Beurk) et des produits de proximité. Les amap sont des regroupement d’agriculteurs. Il existe également des associations qui emploient des personnes en difficultés et qui cultivent des légumes. Pour les 2, il s’agit d’un abonnement : vous leur assurez un revenu et nous sommes assurés d’avoir des légumes récoltés près de chez nous et on ne peut plus frais.

Pour notre part, nous avons opté pour l’association car l’organisation nous convenait mieux et j’aimais ce côté solidaire. Pour les Ardéchois du nord, peut-être connaissez-vous l’association Graine de Cocagne ? Nous y avons donc adhéré il y a bientôt un an, et c’est un véritable plaisir de récupérer mon panier tous les jeudis. Parfois, on sait la veille ce qu’il y a dans le panier, on peut alors prévoir les menus. D’autres fois, c’est la surprise en l’ouvrant : c’est un petit bonheur simple que de découvrir son contenu…

Voici le lien de l’association chez qui nous nous servons : Graine de Cocagne 

Puis il y à la viande. Difficile de demander à un homme de lâcher un peu son steak !  Réduire la consommation de viande c’est réduire son impact environnemental, c’est donc un passage obligé dans notre démarche.  Mais nous avons là encore eu la chance de trouver des producteurs locaux à qui s’adresser : fini la viande en barquette ! Alors certes, la viande est sous vide et cela crée des déchets,  mais déjà moins que les barquettes, et on privilégie un circuit court. Le producteur vend en direct et l’on a la possibilité de manger de la viande bio entre 13 et 14 € le kilo… par contre, c’est un colis rempli de pièces que vous n’aurez pas choisies, mais nous n’avons jamais été déçus ! Je vous propose le lien vers l’association de producteurs à qui nous nous adressons : Viande bio directe 07
Mon boucher a également accepté mes boites en verre pour éviter les emballages, une mini victoire pour moi qui étais gênée de lui demander. En grande surface, au rayon fromagerie, j’ai essuyé un refus, « non ce n’est pas possible », accompagné d’un « mais c’est bien de penser à la planète ». A priori eux n’y pensent pas ! J’ai découvert qu’il y a un fromager à quelques mètres de mon travail… je vais essayer auprès de lui.

Bref tout ça pour dire qu’il existe beaucoup de solutions économiques pour manger mieux, local, avec moins de déchets et le prix n’est alors plus une excuse…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s