Faire ses courses zéro déchet

Que celui ou celle qui a lu Béa Jonhson et qui ne rêve pas de se retrouver dans un « Bulk » (comprenez magasin de vrac) lève la main ! En France, les magasins de vrac se développent petit à petit, mais encore trop timidement à mon goût. Mais nous avons quand même de belles solutions !

Les magasins bio tels que Biocoop, Satoriz, proposent un rayon vrac avec des produits secs, même les grandes surfaces s’y sont mises. Féculents, graines, biscuits, sucres, céréales sont autant de produits que vous pourrez dès à présent trouver facilement en vrac.

20170406_131404

Rayon vrac chez Satoriz à St Péray… on a déjà de quoi faire !

Des magasins dédiés ouvrent également leurs portes, je pense notamment à l’enseigne Day by day : ils proposent une large gamme de produits en vrac. En plus de ceux cités précédemment, vous pourrez vous y procurer des huiles, des bonbons, des produits cosmétiques, etc. , là encore en vrac. Malheureusement, il n’y en a pas partout.

Dans certaines régions, on trouve des boutiques itinérantes, des petits camions qui vont de ville en ville pour rendre le vrac accessible, en voici un exemple. Si je devais me reconvertir, et des fois j’y pense mais le courage me manque, je prendrais un camion pour faire découvrir de bons produits au travers des villages Ardéchois. Mais demain, je retourne à mon bureau et d’ici là, je finis de vous parler des courses zéro déchet.

Vous vous rendrez vite compte que dans ces magasins ou chez vos petits commerçants, les courses ne sont plus une corvée : elles deviennent un moment plaisir, calme, sans l’agitation des grandes surfaces. Pas de Madame qui crie dans le micro, pas de gens pressés, moins d’agitation visuelle… Je me surprends à trainer pour faire les courses chez Satoriz pendant ma pause déjeuner parfois. Litlle M adore y aller car il y a des tables pour que les enfants jouent. Pour eux aussi c’est tellement plus simple : il n’y a pas tout ce qui peut les énerver dans les magasins (et engendrer le fameux caprice tant redouté) et ils voient de beaux produits. Mais je m’égare un peu

Vous l’aurez donc compris, il est indispensable de privilégier le vrac, mais cela ne suffit pas. Ben oui, le vrac avec des sacs en papier, c’est mieux que les emballages de chan-Au, mais ça fini quand même par un déchet.

Pour les produits secs, les fruits et les légumes :

Deux solutions s’offrent à vous : les sacs en tissus et les bocaux en verre.

Avant toute chose, pas d’inquiétude : les magasins qui vendent du vrac sont la plupart du temps très ouverts à ce sujet et l’encouragent parfois. On se sent un peu timide la première fois mais ils ont l’habitude et finalement quand ose enfin, cela ouvre plein de discussions ! Par acquis de conscience, demandez-leur avant de débouler en caisse avec vos pots.

Dans les grandes surfaces, je n’ai jamais acheté de vrac et je ne saurai vous dire leur réaction, mais après tout, vous pouvez tenter, vous ne risquez rien à part un refus !

Si vous choisissez l’option bocal en verre, n’oubliez pas d’aller les faire peser à la caisse avant de les remplir. Ils colleront une étiquette avec le poids du contenant dessus, ils n’auront qu’à le déduire lors de la pesée du produit.

Pour la version sac en tissu, pas besoin de pesée préalable : ils sont généralement aussi lourds que les sacs en papier et la tare sur la balance du magasin suffit !

Ces petits sacs, vous pourrez soit les coudre, soit les acheter tout prêts si vous n’avez pas le temps ou la possibilité de les faire. Certains magasins bio en vendent, sinon vous pouvez bien sûr en trouver sur internet. Cet article des Echos verts vous liste de quoi vous approvisionner ! Personnellement, j’en ai cousu quelques uns, et j’ai complété avec d’autres que j’ai acheté : vous pourrez les trouver ici.

18262

Ils existent en deux formats, un pour les céréales et même le sucre (il ne passe pas à travers), un autre pour les fruits et légumes. Le petit plus c’est la lanière de couleur qui aide à se retrouver pour savoir quel sac contient quoi (astuce que vous pouvez reprendre si vous lez fabriquez vous-même). Pour de 3 à 4 euros le lot de 5 sacs (prix en fonction de la taille), vous êtes tranquilles pour un moment.

De temps à autres, un petit tour à la machine, ça sèche très vite et en plus de réduire vos déchets, vous ferez des économies car oui, le vrac coûte moins cher ! L’emballage, ce n’est pas cadeau…

Un petit tour chez le boucher, le fromager et le poissonnier :

Le fromage sur-emballé, les 10 paquets de viande, le poisson que vous allez consommer dans 1 heure mais que le poissonnier tient à vous mettre sous vide. Autant de déchets que vous pouvez aussi éviter. Là encore, tout passe par la discussion.

Il suffit de vous rendre dans votre commerce équipé de tup’. Prévoyez-en suffisamment pour ne pas vous faire surprendre et repartir quand même avec des emballages.

20170319_111747-01

De retour de chez mon boucher, la viande va directement au frigo, elle est séparée des autres morceaux : l’emballage en tup tup ne représente pas un problème sanitaire, pas plus qu’avec un emballage en papier !

Bon là il faut être franc, c’est parfois plus difficile de trouver un commerçant qui accepte. J’ai abandonné les rayons à la coupe des grandes surfaces qui refusent quasi systématiquement et je ne m’approvisionne plus qu’auprès des commerçants de ma ville. Mon boucher préféré m’a même répondu que si moi ça m’arrange lui aussi : ça lui coûte moins cher en emballages ! Tout le monde est gagnant. Mon fromager range ses bons produits avec soin, en veillant à ne pas mettre dans une même boîte deux fromages dont la cohabitation pourrait altérer leur goût : zéro déchet et bichonnée.

Boire un petit coup c’est agréable

Le plastique c’est pas fantastique. Alors autant que possible, il faut essayer d’éviter les sodas en bouteille plastique (je vous rappelle que le cola peut décrasser des joints de carrelage, imaginez lorsque vous en buvez, c’est beurk comme dirait little M).

Si vous n’avez pas la possibilité d’acheter des boissons en vrac autour de chez vous, privilégiez-les dans des bouteilles en verre. Il est recyclable à l’infini. Un petit sirop, un jus de fruit. Mieux, vous pouvez les faire vous même. Des oranges fraîchement pressées par exemple, pour un jus de fruit vitaminé. Et un sirop c’est simplement de l’eau sucrée dans laquelle un fruit a mariné. Un petit aperçu d’un sirop de framboise maison.

IMG_20170403_211429_131

Vous pouvez trouver certains cavistes ou coopératives qui vendent du bon vin en vrac. Alors certes, ce ne sera pas un Château Margaux, mais il se pourrait qu’il vous fasse découvrir un petit vin bien de chez vous pour un apéro plaisir.

Pour le lait de vache, il existe des fermes qui proposent des distributeurs de lait dans des bouteilles en verre. Vous pouvez aller chercher votre lait de nuit comme de jour, il est extra frais. Vous pouvez également le trouver dans des regroupements de producteurs.

Et chez mon boulanger ?

Si vous avez la flemme de faire votre pain vous-même, pensez à aller chez le boulanger avec un sac à pain. N’en n’achetez pas forcément un si vous n’en avez pas : recyclez une vieille taie d’oreiller, ou bien faites en un avec des chutes de tissu. Idem pour les viennoiseries. Quant aux jolie pâtisseries, un tup’ assez grand pourra faire l’affaire.

Et les produits ménagers alors ?

Si vous n’avez pas commencé à les faire vous-même, sachez que vous pourrez trouver de nombreux produits disponibles en vrac : la lessive, le liquide vaisselle (qui dure 3 fois plus longtemps !), le nettoyant multi-usages, etc.  Vous achetez une fois le produit en flacon, et la fois d’après vous n’avez qu’à les rapporter pour les remplir après les avoir fait peser vides.

Ca parait compliqué tout ça ? Non, je vous assure, c’est juste une question d’habitude. Il suffit d’avoir dans la voiture le petit panier rempli des sacs à vrac ou bocaux, tout comme vous avez certainement l’habitude d’avoir un cabas réutilisable. Mêmes les courses imprévues seront gérées sans déchet !

Et si vous pensez que faire ses courses ainsi coûtera plus cher, je vous répondrai que oui, si vous consommez de façon irréfléchie et de la même façon que la plupart des gens font leurs courses dans les grandes surfaces. Mais si vous apprenez à consommer différemment, vous réduirez même votre budget ! Par ici les astuces 😉

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Zéph dit :

    Je tanne mon chéri pour aller dans un day by day mais il n’y en a pas dans notre ville malheureusement, en attendant c’est biocoop, marché de léopold par chez nous

    Aimé par 1 personne

  2. Une épicerie en vrac a ouvert vers chez moi, par curiosité, j’y suis allée. Le concept est sympa, la propriétaire super sympa et il y a le choix! Pour le moment, je n’ai rien acheter mais je vais surement le faire.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s